Nos enfants ne sont pas nos enfants…

Voici un texte que j’aime beaucoup. Il est tiré du livre de Khalil Gibran ‘Le prophète’

Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit,
Parlez-nous des Enfants.
Et il dit : Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même,
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, 
pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux, 
mais ne tentez pas de les faire comme vous.
Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier. Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
L’Archer voit le but sur le chemin de l’infini, et Il vous tend de Sa puissance 
pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l’Archer soit pour la joie;
Car de même qu’Il aime la flèche qui vole, Il aime l’arc qui est stable.

J’ai écrit un passage très récemment sur cette relation parents/enfants. Moi-même mère, j’ai une immense gratitude pour tout ce que cela m’a permis de toucher, de révéler…alors voilà mon petit texte:

« Sans équivoque, un des meilleurs présents à offrir à ses enfants consiste à être tellement nous-même qu’ils n’ont plus d’autres choix que de suivre leur voie, personnelle, unique, puisque rien n’est plus décidé pour eux, rien n’est soufflé, si ce n’est la reconnaissance de leur propre vérité. Ils n’ont plus à obéir à des diktats, à plaire pour être aimés, à suivre des routes qui ne sont pas les leurs sous prétexte qu’elles pourraient nous satisfaire. Non. Ils n’ont plus que leurs choix à eux. Ils sont leur propre maître. »

Alors, oui parfois, les relations peuvent se tendre, des émotions fortes peuvent être vécues, et il n’est pas toujours facile d’avoir la sagesse de mettre de la distance. Or, si nous restons dans notre coeur, ce centre où rien ne bouge, jamais, la vie se déroule en sachant que chacun fait d’ailleurs toujours le meilleur choix.

De tout coeur avec vous tous

Sylvie

Photo by Vasile Tiplea on Unsplash

Leave A Response

* Denotes Required Field